Archive de la catégorie ‘Marketing communautaire’

Thierry Mugler a atteint des sommets!

Lundi 22 octobre 2007

blogalaxythierrymugler.jpg

Thierry Mugler a créer la toute première plate-forme d’échange entre fans de la marque a étoile. Parfait exemple des possibilités qu’offrent le Web 2.0, la blogalaxy ose surfer sur la toile, loin de la rétissence des ses concurrents du luxe.  La blogalaxy permettra aux fans des fragrances de poster leurs avis, de discuter autour des nouveaux produits de la marque, d’échanger, etc.
En attendant la révélation le jour J, on retient son souffle avec la version Béta du site.

L’accès étant réservé à  quelques bloggeurs privilégiés, faites confiance à Marc Menant (Passion Luxe) qui était présent à l’une de ces soirées « célestes » pour décrire l’engouement des fans autour de ce projet très stratégique…

Blogalaxy permettra:
- de faire glisser progressivement le public du off-line (boutiques) vers le on-line
- de qualifier sa cible
- de créer du buzz en recommandant à ses amis
- de cibler ses efforts de promotion grâce aux bloggeurs-prescripteurs
- de ne pas étouffer les visiteurs puisque la démarche est pro-active et non intrusive

Toutefois, je suis curieuse de l’évolution CRM d’un tel projet:

Quel est l’intérêt d’un site qui se limiterait à des discutions sur la marque?
En ce sens le blog ne risquerait-il pas de s’essouffler, voyant ses taux de retour diminuer avec le temps? La marque fera nécessairement des efforts d’animation de la plate-forme, relancant l’intérêt général.

Quel sera l’utilisation promotionnelle de cet outil?
J’imagine que la marque prévoit de tester ses nouveaux produits, concepts, auprès de son public online. Mugler a bien cerné l’avantage d’un public de bloggeurs: des focus group gratuits et immédiats, vivier de futurs acheteurs. A Mugler de les traiter comme il se doit…

Médias: à chacun son gay!

Mercredi 10 octobre 2007

blackxspacorabanne.jpg
     Campagne BlackXS Paco Rabanne

Apparement, la lucrative communauté homosexuelle est vue d’un autre oeil…

J’adore la « Nouvelle Télé Réalité ». Fini les filles en string au bord d’une piscine ou des paumés en quête de célébrité enfermés dans un loft décoré tout Ikéa.
C’est OUT!
La nouvelle RealTV, c’est celle qui nous ressemble: « Cherche appartement ou maison », « D&Co », « Super Nany », « C’est du propre » (M6),  Confessions Intimes sur TF1 (ma préférée!). Depuis quelques mois, on sent bien la tendance « quota gay » soumettre les émissions du PAF. Et ce n’est pas pour me déplaire!

Mais qu’en pensent les principaux intéressés? Se sentent-ils ciblés comme un segment de marché classique ou ont-ils la désagréable sensation que les médias les utilisent comme image à sensation (ex: coming out dans le Loft, montage exagéré de Vincent MacDoom dans La Ferme, etc)? 
Les apparitions publicitaires en fin de programme s’adressent-elles à la bonne audience: par exemple, le parfum BlackXS de Paco Rabanne parle-t-il aux spectateurs de Prison Break ou aux fans de Wentworth Miller?

wentworthmiller.jpg

En ce moment à Paris, se tient le Salon du canapé convertible (quel rapport avec Wentworth me direz-vous?). Un salon familial, reflet de notre société et de ces contraintes de logement… Je passe devant cette affiche rose et blanche depuis des mois et n’avais pas remarqué que les deux silhouettes roses qui s’enlacent sont masculines. Intéressant…

rare2campagnedolivierotoscani.jpg
Campagne d’Oliviero Toscani – Italie
 

L’utilisation de couples homosexuels en marketing a tendance, à mon humble avis, à se modifier. Il semblerait que l’aspect « image à sensation » qu’utilisaient auparavant les émissions TV ou les marques pour choquer ou faire parler d’elles fasse rapidement place à l’intégration totale de cette forme de concubinage. Tout ceci ma rappelle qu’il y a des années, le marketing a compris que la structure traditionnelle de la famille (papa-maman-enfants-maison-chien-piscine) était peu représentative de notre nouvelle réalité sociale et avait intégré parents célibataires et familles recomposées.

 

Vous aussi soyez Paparazzi!

Vendredi 10 août 2007

La nouvelle tendance « médias »: traquer les peoples à l’aide de SMS, MMS et e-mails puis envoyer l’information au QG qui sera diffusée immédiatement sur le net sous forme « d’alertes ». C’est le fan lui-même qui nourrit l’information depuis les quatre coins du monde.« Emily pratique depuis trois ans un sport très en vogue à New York: la traque aux célébrités. Emily n’est pas une fan mais une « celebrity-sighting junkie », une accro aux stars, une shootée aux people, aux clichés volés à coup de téléphone portable. Sa tactique? Etre au bon endroit au bon moment. Pour s’informer, elle se connecte chaque matin sur gawer.com, un blog de gossip, qui invite les internautes à pister les stars dans Manhattan en signalant par mail la moindre de leur apparition (…) une dizaine d’alertes sont mises en ligne chaque jour, complétées par une localisation sur un plan. »…D’après un article du n°41 de Glamour (Août 2007) – auteur Laeticia Moller

Les personnes telles qu’Emily sont membres d’un groupe de « traqueur de people ». Pratique très répendue aux Etats-Unis, où les tabloïds ont le pouvoir, il n’a pas fallu longtemps pour que les européens s’emparent du concept…
Le site peoplespotting.over-blog.fr repose sur le même principe: informer sur les faits et gestes les plus banales des célébrités. Par exemple: « Didier Bourdon mange des fruits de mer rue des Abbesses »!

Deux aspects intéressent le public: que les amateurs prennent les stars par surprise (les paparazzi sont largement visibles!) et que ces clichés ou vidéos soient diffusés 1) dans leur intégralité (les tabloïds sélectionnent leurs sujets) et 2) immédiatement sur le net (plus besoin d’attendre la sortie hebdomadaire d’un magazine).

Nous pouvons épiloguer longtemps sur l’intérêt de ces contenus mais là n’est pas la sujet: l’utilisation du   »communautaire » (mails, sms, mms) ne cesse de nous surprendre. Les individus exploitent au maximum les possibilités des médias sociaux pour créer leur propre magazine people! Ils sont co-auteur de leur tabloïd.

Peoples Potting dit très justement être l’AFP (agence française de presse) version 2.0 du people. En effet, cette tendance de « snaparazzi » (snap=shooter) est le parfait exemple de la mise en commun d’informations que permet le web 2.0.

Le luxe s’affiche sur Second Life

Mercredi 8 août 2007

Second Life est un monde virtuel, sorte de plate-forme de jeux vidéo dernière génération dans laquelle votre personnage évolue. En fait votre « second vous » est matérialisé sous la forme d’un personnage (vous seriez surpris de comparer l’avatar virtuel à son créateur, les différences sont parfois énormes). Et puisque les vicissitudes de votre propore vie ne vous suffisent pas, vous avez pour mission de réussir aussi votre « second life », de vous loger, nourrir, habiller,… Ce qui tombe plutôt bien, puisque des milliers de marques sont là pour vous y aider…

Je parlerai volontiers de Second Life pendant des heures (et oui, pourquoi pas?) mais ce qui m’intéresse ici c’est le buzz créée autour de ce phénomène et l’engouement des marques pour la fantastique opportunité virtuelle: des milliers d’internautes « early-adopters », addicts aux nouvelles technologies et prêts à se jetter à pieds joins dans la nouveauté virtuelle.
Les marques présentes ne sont pas en recherche de notoriété mais plus généralement de conquête de prospects par le biais de la toile ou de buzz autour d’un lancement. Régulièrement sur Internet, ils sont déjà éduqués à la navigation, à l’achat en ligne et s’informent par ce média quasi-quotidiennement. 

Plus que du Marketing communautaire (sujet qui me tiens à coeur puisque j’y consacrerai mon mémoire de fin d’études!!!) nous parlons de Virtual Marketing donc d’un travail sur l’image et la promotion principalement.

Les « rich people » désormais convaincus par le Web, Internet peut devenir du « pain bénit » pour les acteurs du luxe qui devront sortir du schéma classique Genève-Golf-Yacht-course-équestre,etc.

Les dernières marques cosmétiques/luxe présentes sur Second Life…

(suite…)